Causes


Caractère héréditaire :
on estime actuellement à 50% les facteurs d'hérédité pouvant s'exprimer par l'apparition d'une dysplasie. Il semble néanmoins que les facteurs d'environnement influencent fortement son aggravation.

Croissance et gain de poids rapide et précoce : les chiens à croissance rapide sont beaucoup plus sensibles à cette pathologie que les autres (berger allemand, labrador, 
terre neuve, etc.).

Alimentation : elle joue un rôle prépondérant, soit par un excès de minéraux, de vitamines, soit par un excès de calories, entraînant une surcharge pondérale et une sollicitation plus importante de l'articulation, d'où sa déformation.

Activité : en permettant au chien une activité sportive trop importante pendant sa période de croissance, la sollicitation articulaire et osseuse exagérée, peut favoriser une dysplasie coxale fémorale.

Musculature : à l'inverse, une forte musculature du bassin peut compenser les faiblesses ligamentaires et masquer une dysplasie.

En citant ces diverses causes prédisposantes, nous comprenons que l'excès peut nuire autant que l'insuffisance et qu'un régime soigneusement équilibré associé à une activité bien menée sera primordiale. 

Prédispositions raciales : de tous ces facteurs, découle une sensibilité plus ou moins forte selon la race. Les races lourdes à croissance rapide, payeront le plus lourd tribut à cette affection (labrador, terre neuve, saint bernard, bull mastiff, etc.). Les races légères et musclées seront moins atteintes (lévrier, berger belge, pointer, etc.).


Berger allemand

Bouvier bernois

Labrador


Beauceron

 

Golden retrevier


Malinois


Rottweiller