La prévention

La prévention consiste à écarter de la reproduction, tous les reproducteurs présentant à un an, sur une radio de contrôle du bassin, des signes de dysplasie de stade D, E et parfois de stade C.

La prévention consiste également à éviter que le caractère de dysplasie ne puisse s'exprimer dans les races prédisposées.

Chez le chiot, on veillera à limiter une croissance trop rapide par une alimentation bien fractionnée et l'on respectera bien entendu les apports de calcium et de phosphore. Les aliments pour chiots de grandes races intègrent tous ces éléments.

On veillera également au développement harmonieux de la musculature par des exercices modérés et réguliers, et surtout on évitera la surcharge pondérale toujours très néfaste dans cette maladie.

La dysplasie de la hanche reste chez le chien une pathologie très répandue, malgré une éradication commencée il y a plus de quinze ans chez certaines races comme le Berger Allemand.

Un diagnostic précoce (six à neuf mois) permet néanmoins d'atténuer l'impact de la maladie et de conserver un chien en bonne forme toute sa vie.